Boycott

Les "Yes Men" boycottent à regret le Festival du Film de Jérusalem (2009)

culture cinéma - http://www.tikkun.org/article.php/20090701080625471

Pour protester contre la politique israélienne, les « Yes Men » ont retiré leur nouveau succès du Festival du Film de Jérusalem où il devait être projeté. Ci-dessous leur lettres aux organisateurs du festival..

Pour une fois les « Yes men » disent non.

Chers amis du Festival du film de Jérusalem,

Nous avons le regret de vous dire que nous avons pris la difficile décision de retirer notre film « The Yes Men Fix the World » du festival du film de Jérusalem, par solidarité avec la campagne Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS).

On ne prend pas facilement une décision pareille alors que nous réalisons que le festival est en désaccord avec la politique de lâétat dâIsraël et que nous ne souhaitons pas punir les progressistes qui déplorent la violence dâétat commise en leur nom.

On ne prend pas une décision pareille facilement, alors que nous nous sentons une solide affinité avec beaucoup de gens en Israël, et que nous partageons avec eux nos racines juives autant que le traumatisme de lâHolocauste, où nos deux grands-parents sont morts. Andy a vécu à Jérusalem un an, il y a longtemps, peut toujours se débrouiller en hébreu, et y compte des amis. Et Mike a toujours voulu conserver le contact avec les racines de sa culture.

Pourtant, malgré les sentiments qui sont les nôtres, nous ne pouvons pas abandonner nos misions de militants. Dans les années 1980 il y eut un appel du peuple dâAfrique du Sud aux artistes et à dâautres pour boycotter ce régime, ce qui a contribué à mettre fin à lâapartheid. Aujourdâhui, câest un clair appel au boycott quâadresse la société civile palestinienne. Obéir, câest notre seul espoir de cinéastes et de militants, pour contribuer à faire pression sur le gouvernement israélien et lâobliger à se soumettre au droit international.

Câest douloureux de faire ça. Mais câest encore plus douloureux dâentendre la politique israélienne se faire qualifier de « fasciste » - pas simplement par des gens mal informés et nuls, pas seulement par des crétins antisémites, mais par des militants juifs bien informés de lâintérieur dâIsraël. Ils savent de quoi ils parlent et ça fait mal de penser quâils risquent dâavoir raison.

Comme nous sommes sûrs que vous le savez et le déplorez, le gouvernement israélien a récemment autorisé la construction de nouvelles unités dâhabitation dans un avant-poste illégal de Cisjordanie, un de ceux qui sont illégaux au regard même de la loi israélienne. Lundi, neuf palestiniens ont été blessés , alors que les autorités israéliennes démolissaient leur maison à Jérusalem Est. Mardi la marine israélienne a intercepté un bateau et lâa empêché de livrer à Gaza des médicaments, des jouets et dâautres biens dâutilité humanitaire, et a arrêté plus de vingt militants de la paix étrangers, dont un prix Nobel de la Paix. Pendant ce temps, une commission des Nations Unies était à Gaza pour enquêter sur dâautres violences, encore pires, commises au début de cette année.

Quels que soient les mots quâon emploiera pour ces actions, notre film ne doit pas contribuer à donner une aura de normalité à un état qui prend de telles décisions. Pour nous, câest la dernière ligne.

Il y a sûrement une autre manière de faire des choses en Israël/Palestine, et câest ce pour quoi nous devons nous battre, mais nos moyens sont faibles. Alors, en ce qui concerne notre film, il y a dâautres façons de le montrer en Israëlâ et en Palestine, pour que les gens qui ont le plus besoin de détente et de rire, qui, de toute façon, nâauraient jamais pu le voir au Festival du Film de Jérusalem, puissent le voir aussi. Dans les prochains mois, nous ferons en sorte que cela se fasse.

A ceux qui veulent voir notre film, « savlanut and sabir » (patience) ! Et pour nous autres, un peu MOINS de patience, sâil vous plait.

Lâshanah habaâah beyerushalayim,
Andy et Mike les « Yes Men"

(FG)

Les titres et intertitres sont de la rdaction du site