Hamas

Le Hamas et la "lutte contre la corruption des moeurs"

Khaled Al-Hroub - Courrier Internationa N° 756 - 28 avril 2003 p.26

Le 10 avril [2003], la jeune Palestinienne Yousra Al-Azzami a été tuée par balles et son fiancé passé à tabac sur la plage de Gaza. Les auteurs de ces violences étaient des militants assimilés au Hamas, agissant au nom de la « répression morale » et de la « lutte contre la corruption des moeurs ». De tels actes sont de sérieux signaux d'alerte d'une dangereuse dérive, car la résistance n'a pas le droit de s'en prendre à la population et de lui dicter son point de vue par la force et par les armes. Il est inadmissible d'utiliser le capital de sympathie obtenu dans la lutte contre l'ennemi extérieur pour imposer une idéologie à l'intérieur, tout comme il est inadmissible de profiter de l'admiration de la part de larges couches de la population pour imposer des valeurs morales, religieuses et culturelles à une société dont tous les membres ne sont pas des dévots. Le soutien dont bénéficie le Hamas en tant qu'organisation de résistance ne signifie pas pour autant une adhésion à son programme d'islamisation de la société.

Ainsi, le Hamas s'empêtre dans les difficultés que de nombreuses autres organisations ont connues avant lui au moment de passer de la résistance à la conception de la vie politique. Or il doit savoir que le crédit qu'il a difficilement obtenu par la première pourrait facilement être dilapidé par la seconde. Le mouvement islamique a contribué à la propagation d'idées conservatrices, à la restriction des libertés individuelles et au repli sur soi de la société palestinienne, que ce soit dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie. Il n'en reste pas moins que le peuple palestinien n'acceptera pas que les talibans servent de modèle à sa vie sociale, politique, culturelle et religieuse.

Alors que le Hamas fait preuve d'une certaine ouverture politique, il persiste dans la fermeture sociale : pas une seule femme est apparue en son sein au niveau politique, médiatique ou parmi les dirigeants, contrairement à l'évolution de l'ensemble du mouvement national palestinien. Et, avec tout cela, le Hamas se présente comme le détenteur de la vérité absolue en s'appuyant sur le dogme religieux plutôt que sur l'interprétation humaine. Ce qui constitue un autre danger, puisque cela permet d'affirmer des vérités religieuses toutes faites là où la société fait preuve d'une pluralité d'opinion.

L'auteur est présenté comme "un intellectuel palestinien vivant à Londres".

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site