Eitam (Effi )

Le ministre israélien Effi Eitam appelle à tuer Yasser Arafat et Marwan Barghouti

www.aloufok.net

Le ministre israélien sans portefeuille Effi Eitam a appelé à tuer le président palestinien Yasser Arafat ainsi que le chef du Fatah en Cisjordanie, Marwan Barghouthi, actuellement détenu en Israël, rapporte jeudi le quotidien Maariv.

"Pourquoi interroge-t-on Barghouthi, il faut le prendre dans un champ et lui mettre une balle dans la tête", a dit M. Eitam, chef du Parti national religieux (5 députés), cité par le journal. "Arafat est un assassin dément qu’il faut tuer", a ajouté le ministre d’extrême-droite, qui s’exprimait lors d’un discours dans une synagogue de Tel-Aviv.

Interrogé jeudi matin par la radio publique, M. Eitam n’a pas démenti avoir tenu ces propos : "Je ne suis pas responsable de ces citations, mais j’en assume l’esprit", a-t-il affirmé. "Je pense qu’il aurait fallu que Barghouthi figure sur notre liste des liquidations ciblées. Il mérite la mort. Mais nous l’avons amené en Israël et nous sommes obligés de nous occuper de son statut juridique", a dit M. Eitam. "Arafat et son gang d’assassins, responsables de la mort de centaines d’Israéliens, méritent la mort", a ajouté ce ministre.

Marwan Barghouthi, 43 ans est membre du Conseil législatif (Parlement) palestinien. Il a été arrêté le 15 avril à Ramallah par l’armée israélienne qui l’accuse de diriger les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, groupe armé proche du Fatah qui a revendiqué plusieurs attentats suicide et autres attaques contre Israël.

Ancien général, Effi Eitam, a pris au printemps la tête du PNR, formation qui se veut le porte-voix des colons israéliens. M. Eitam n’a pas caché ses ambitions de devenir un jour Premier ministre. C’est un partisan déclaré de la reconstruction du Temple juif détruit en 70 [*] par les Romains et qui était bâti sous l’emplacement actuel de l’esplanade des Mosquées dans la Vieille Ville de Jérusalem.

* la thèse exposée ici comme une vérité intangible (comme de coutume dans la presse) est contestée par certains historiens.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site