Kasher

Peut-on faire confiance à un "juif messianique" ? Oui, dit la cour suprème. Non, dit le Grand Rabbinat...

Matthew Wagner - Jerusalem Post - 30.06.2009

Un membre des Juifs messianiques, à qui on refusait le certificat de cacheroute, a obtenu gain de cause devant la Cour suprême. Cette décision annonce une nouvelle confrontation entre les plus grandes institutions légales et le rabbinat orthodoxe. Selon la cour, les croyances de la boulangère selon lesquelles Jésus est le messie ne signifie pas que ses produits ne sont pas kasher.

Par ailleurs, les juges ont indiqué que le Grand rabbinat ne peut se montrer plus sévère pour cette boulangerie que pour une autre.

Le Grand Rabbinat a fustigé la décision de la Cour suprême. "C'est absurde que la Cour suprême s'autorise à enseigner aux rabbins comment suivre la cacheroute", s'est emporté le Grand rabbin d'Ashdod, Yossef Sheinen.

"Que connait la Cour suprême sur la cacheroute ?" Il explique que, selon la Halakha (la loi juive), un Juif messianique ne peut être digne de confiance lorsqu'il s'agit d'adhérer aux lois de la Cacheroute.

En 2006, le Grand rabbin Sheinen avait révoqué le certificat de cacheroute de la boulangerie, Pnina Pie, lorsqu'il a découvert que sa propriétaire était une Juive messianique.

A la suite de cette décision, la propriétaire Conforty a porté son affaire devant la Cour suprême. Finalement, Sheinen et le Grand rabbinat se sont mis d'accord sur un compromis.

Pour obtenir le certificat de cacheroute, Conforty devait employer une personne préalablement approuvée par Sheinen. Le salarié devait être rémunéré via le conseil religieux local ou via une agence et non directement par Conforty, pour éviter les détournements. Sheinen devait définir les tâches et les revenus de l'employé.

Par ailleurs, Conforty devait donner les clefs de sa boulangerie au superviseur en matière de cacheroute. Le Grand rabbinat exigeait aussi que la propriétaire ne participe pas à des activités messianiques. Mais Conforty a refusé de se plier à ses conditions.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site