Enfants

1.373 enfants palestiniens tués depuis la deuxième Intifada. Les tueurs ne sont pas inquiétés.

Amira Hass - Haaretz

Dans un article publié par le quotidien Haaretz du 28 mai 2013 (« The Israeli-Palestinian balance of brutality »), la journaliste Amira Hass revient sur le prix payé par les enfants palestiniens et israéliens, sur les souffrances humaines des deux côtés, mais aussi sur l’inégalité de situation entre un camp et l’autre.

Car si la souffrance d’une mère qui perd son enfant est égale des deux côtés, le sort des responsables des actions n’est pas du tout le même.

« Depuis le début de la deuxième Intifada, qui a éclaté le 29 septembre 2000, jusqu’au 30 avril 2013, Israël, la puissance occupante dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, a tué 1373 enfants palestiniens âgés de moins de 18 ans. Combien de soldats, de commandants, de pilotes, d’opérateurs de drones, de génies de la haute technologie, d’agents du Shin Bet et de fabricants et de vendeurs d’armes — publics et privés — ont-ils été nécessaires pour tuer 1373 enfants ? »

(...) « Sur 427 enfants de 13 ans et moins tués, deux sont répertoriés comme ayant pris part aux combats dans la bande de Gaza, et pour l’un on ne sait pas s’il y a pris part. Le reste, 424, ne prenaient pas part aux combats lorsque des soldats de l’infanterie, des pilotes, des opérateurs de drones ou des tankistes les ont tués. »
(...)

« Le lynchage commis par les Palestiniens contre deux soldats israéliens le 12 octobre 2000 est considéré comme un point tournant et un fait qui doit être rappelé par ce qu’il nous apprend sur l’ennemi. Ce que les Israéliens préfèrent oublier et ne pas inclure dans la balance de la brutalité, c’est que jusqu’au 12 octobre, les soldats israéliens avaient tué 17 enfants palestiniens, et aucune n’avait été déclaré « prendre part au combat ». (...)

« Au cours des 13 dernières années, des Palestiniens armés ont tué 129 enfants israéliens âgés de moins de 18 ans — dans des attentats-suicides, des fusillades, des tirs de roquettes et par des coups de couteau. Cinquante et un des enfants avaient moins de 13 ans. La mémoire collective palestinienne évite d’écrire le grand nombre de civils non armés israéliens et d’enfants tués par divers moyens. »

« En ce qui concerne les Palestiniens qui ont tué les 129 enfants israéliens, leurs noms et les noms de ceux qui les ont envoyés sont de notoriété publique, et la plupart d’entre eux ont été tués dans des attentats-suicides ou par l’armée israélienne. Ou bien ils sont condamnés à perpétuité dans les prisons israéliennes. Les soldats qui ont tué 1373 enfants palestiniens restent anonymes. Comme ceux qui les ont envoyés, ils continuent à vivre parmi nous en tant que citoyens libres qui se sont acquittés de leur devoir national. »

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site