Ghetto

Bâtir le ghetto d'Al Walaja

Fredo BAHD - Potins de Palestine

Al-Walaja est un petit village mitoyen de Beit-Jala. Ce village, bien que de taille modeste, est un obstacle à la construction du "Grand-Jérusalem". En effet, ce projet vise à rattacher l’ensemble des colonies du bloc de Gush Etzion à la municipalité de Jérusalem. Et puisque qu’Israël a toujours argué que personne ne pourrait entraver les constructions dans "leur capitale éternelle et réunifiée", l’ensemble de ces colonies se verraient de facto appliquer la même règle.

L’axiome est simple, il faut pour Israël s’approprier un maximum de terres, sans assimiler les populations arabes y habitant.

La solution pour Al-Walaja est donc de cerner le village par la construction du mur dit "de sécurité". Une fois la construction achevée, seul un check-point permettra encore aux habitants de regagner les territoires palestiniens et bien sûr tout passage dépendra de la volonté des soldats. D’autres part comme pour l’ensemble de ces petits villages, l’économie y est essentiellement agricole, hors toutes les terres seront de l’autre côté du mur, les paysans perdront donc leur moyen de subsistance.

Il faudra encore rappeler que ce mur est construit en usant d’arguments sécuritaires alors que plus aucune action de type kamikaze n’a été entreprise depuis fort longtemps alors même que ce mur n’est aujourd’hui achevé qu’au deux tiers. De plus l’argument de la sécurité prouve toute sa désuétude tant le mur s’éloigne de la ligne verte (ligne de séparation reconnue internationalement entre les territoires palestiniens et d’Israël) en calquant son tracé sur les aquifères de Cisjordanie, les terres fertiles, la localisation des colonies il est évident qu’il ne peut se justifie que par des motifs d’annexion. Enfin il poursuivra la division de la Cisjordanie en Bantoustans déconnectés entre eux et en proie aux aléas des check-point israéliens.

Ci-dessous les photographies réalisées le 28 juillet 2010 au sein du village d’Al-Walaja qui une fois la construction terminée ne pourra plus être mentionné que sous la triste appellation du ghetto d’Al-Walaja.





Les deux photographies ci-dessous témoignent des énormes tranchées (de plusieurs mètres de profondeur) qui cernent le village et qui sont responsables de destruction de nombreuses terres agricoles.





(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site