Finkielkraut (Alain)

Alain Finkielkraut, défenseur de deux modèles incompatibles

Emmanuel Todd - "Après la démocratie" - Ed. Gallimard 2008

Il y a quelques années encore, [Alain] Finkielkraut était considéré comme un des chantres de l'universalisme français, un bon républicain, héritier de l'école laïque. Il s'est défini, plus tardivement, comme représentant d'un peuple juif menacé. La loyauté de l'essayiste envers l'Etat d'Israël se superpose donc à ses obligations d'intellectuel français.

Mais l'analyse politique la plus élémentaire nous impose le fait incontournable que les principes qui fondent la république français, d'une part, l'Etat d'Israël de l'autre, sont incompatibles : tout le monde peut, en théorie, s'il immigre et s'assimile, devenir français. Tout le monde ne peut pas devenir Israélien au sens plein, c'est-à-dire israélien et juif.

L'appartenance au peuple juif est, pour l'essentiel, définie par un droit du sang qui exclut autant qu'il inclut. La République française est une démocratie universaliste. L'Etat d'Israël est une démocratie ethnique, avec ses exclus et dominés arabes.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site