Antisémitisme

Psychopathologie obsessionnelle de l'antisémitisme imaginaire

Edgar Morin - "Le monde moderne et la question juive" - Ed. du Seuil 2006 - pp.161 et ss.

La crainte compréhensible de l'antisémitisme devient obsessionnelle et conduit à inventer un antisémitisme imaginaire, alimenté à la limite part de pseudo agressions [1]. Elle tend à occulter le racisme anti-Arabe et anti-Noirs qui constitue le danger principal pour la cohésion de la République française.

Chez certains, un véritable délire va mettre de l'antisémitisme au coeur de l'histoire universelle, au coeur de l'histoire de France, au coeur des lumières, au coeur du socialisme, au coeur du marxisme [2]... Afin de démontrer que tous les gentils ont toujours détesté les juifs. Or, disait le rabbin Magnin a Neal Gabler, « plus vous racontez aux gentils que personne ne nous aime, plus les gentils se disent il y a une bonne raison à cela [3] ». « Tous les Arabes nous haïssent », a déclaré Sharon, et pour bien des intellectuelle judéo-centrés « tout le monde nous déteste ». Après la psychopathologie antisémite obsédée par le juif partout présent et menaçant est apparue une psychopathologie juive obsessionnelle prête à détecter l'antisémitisme partout présent et menaçant. Au délire de Céline qui voyait le juif partout répond le délire opposé qui voit l'antisémite partout. Ce délire grotesque et en même temps bouleversant, car il indique le ravage intellectuel fait par l'intériorisation mentale des deux mille ans d'humiliations et persécutions.

La croyance en une haine antisémite permanente des gentils, en toute époque et en toute société, conduit à les haïr. La haine, qui a entretenu la pérennité du judaïsme, entretient désormais à la fois l'hostilité d'Israël pour le monde arabe et l'hostilité du monde arabe pour Israël. Elle contribue à rendre probable une catastrophe historique future pour Israël.

L'inflation du mot « antisémitisme » est elle-même symptomatique. Le mot a désormais valeur d'exorcisme, comme ce fut le cas d’« anticommunisme » pendant des décennies pour renvoyer en boomerang toute critique de l'Union soviétique. Utilisant l'antijudaïsme réel qui déferle sur le monde arabo-musulman, Israël brandit un antisémitisme imaginaire du monde européen, à la fois pour désarmer toute critique et inciter les diasporés et à le rejoindre. La dénonciation d'antisémitisme a été évidemment utilisée pour disqualifier toute critique de l'intervention israélienne au Liban à l'été 2006.

En fait, la vision officielle d'Israël et celle des institutions dites communautaires confondent le nouvel antijudaïsme arabe, effectivement virulent, et le vieil antisémitisme européen actuellement sommeillant. Elles veulent ignorer que le nouvel antijudaïsme a été provoqué par Israël. Effectivement, Israël a déterminé un antijudaïsme arabe qui ne cesse de s'amplifier avec l'aggravation de la situation palestinienne. Comme le dit Bertell Ollman, « avec son abominable traitement des Palestiniens [...] Israël a créé plus d'antisémitisme réel qui n'en a jamais existé, non seulement dans les pays arabes mais à travers le monde »[4]. La dernière partie de ce propos n'est pas exacte du moins pour l'Occident, car l'accroissement de l'anti- islamisme y fait contre-feu à l'antisémitisme. Une peste combat l'autre, mais elles s'entretiennent l'une l'autre.

De fait, en ce qui concerne le monde occidental et notamment la France, la situation est beaucoup plus complexe. C'est par peur de passer pour antisémite que bien des gens qui n'osent critiquer la re-fermeture juive ni Israël. Beaucoup sont de plus en plus déconcertés, ahuris par la frénésie judéo-centrique; en privé ils disent de plus en plus que « les juifs exagèrent ».

[1] pour mieux convaincre de la réalité des agressions antisémites, le rabbin Farhi a prétendu avoir été poignardé et Alexandre Moïse, secrétaire de la fédération sioniste de France, s'est envoyé à lui-même des textes de menaces. Après le faux des "Protocoles des sages de Sion", la fausse donation de Saint-Pierre, les faux de Staline, voilà des judéo-gentils qui pratiquent le faux pour prouver leur vérité. À cela s'ajoute l'indignation sans vérification après la fausse agression du RER D à l'été 2004 et l'incendie du foyer juif du 11e arrondissement, provoquée en fait par un déséquilibré travaillant dans ce foyer.
[2] voir les exégèses du texte de Karl Marx "Sur la question juive" dont un passage isolé recouvre toute l'oeuvre et toute la personne de Karl Marx, réduites à l'antisémitisme
[3] Neal Gabler, « Le Royaume de leurs rêves – La sage des juifs qui ont fonde Hollywood » - Ed. Calman-Levy 2005
[4] "Lettre de démission du peuple juif", La Pensée Libre N°7 - sept. 2005, p. 4-23.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site