Lobby pro-israélien

James Baker : Le Congrès donne à Israël tout l'argent qu'il veut, parce que le lobby israélien donne aux membres du Congrès tout l'argent dont ils ont besoin...

Charles Enderlin - "Le Grand Aveuglement - Israël et l'irrésistible ascension de l'islam radical" - Ed. Albin Michel 2009 - p. 183

L'administration Bush s'est engagée, auprès de ses partenaires arabes de la coalition internationale, à relancer le processus de paix israélo-palestinien après la guerre [1]. James Baker, le secrétaire d'État, entame une tournée au Proche-Orient, dès le 8 mars 1991.
(...)

Le 20 avril, Baker explique à la délégation palestinienne de Fayçal al-Husseini les limites de la politique américaine : « nous n'avons pas la main sur le Congrès. Israël peut obtenir une assistance économique quand [ses dirigeants] le demandent. Ils vont bientôt demander des dollars pour les juifs d'Union soviétique. Nous allons vérifier les détails : comment ils dépensent cet argent, s'il est bien destiné au logement et non aux implantations mais, vous savez, l'argent est volatil. [...] L'OLP a beaucoup à gagner potentiellement ; une aide économique des états du Golfe, des Européens, et peut-être même l'éventualité de reprendre ses relations avec les États-Unis. Si l'OLP bloque, rien ne se fera. »

Au mois de mai, Baker est de retour dans la région. Il arrive le 14 à Jérusalem. Hanan Asrawi, une universitaire affilié au Fatah, rappelle au secrétaire d'État l'illégalité des implantations et affirment que l'Amérique ne devrait pas récompenser Israël s'il met un terme à la colonisation.

Baker : « Nous ne pouvons pas les arrêter parce que le Congrès donne aux Israéliens tout l'argent qu'ils réclament. C'est une réalité de la vie politique aux États-Unis. Nous ne pouvons [tout de même pas] envoyer la 101e aéroportée contraindre Israël à arrêter la colonisation. [...] Je vais vous dire quelque chose de très secret : la raison pour laquelle les membres du Congrès sont élus c'est qu'ils votent en faveur d'Israël. Le lobby israélien est le plus riche et le plus puissant lobby politique d'Amérique. C'est là que les membres du congrès puisent le financement de leur réélection. Mais, considérez les cartes que vous avez en mains... »

[1] Il s'agit de la première "guerre du Golfe", décidée par le Président George Bush (père), faisant suite à l'occupation du Koweit par l'Irak en août 1990. L'Arabie Saoudite et d'autres pays arabes avaient apporté leur soutien au corps expéditionnaire américain.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site