Obama

L'hostilité pathologique des israéliens contre Obama s'explique par leur crainte qu'il soit sérieux quand il parle de paix

Henry Siegman - New Tork Times, 1er novembre 2009

Les sondages indiquent que le président Obama bénéficie du soutien de seulement 6 à 10% de la population israélienne -sans doute son niveau de popularité le plus bas au monde.

Les médias rapportent que les conseillers du président cherchent à assurer lâopinion publique israélienne de lâamitié du président Obama et de son engagement sans réserve en faveur de la sécurité dâIsraël.

Cette amitié et cet engagement sont réels, en dépit des résultats des sondages de popularité dâObama en Israël. La Secrétaire dâÉtat Hillary Clinton a tenté de renforcer ce message lors de sa visite en Israël. On aurait dit-on demandé à lâenvoyé spécial du président George Mitchell de faire des efforts similaires au cours de ses visites désormais beaucoup plus fréquentes à Jérusalem.

La Maison Blanche est sur le point dâétablir un nouveau record du nombre de messages rassurants et de salutations vidéos envoyées par un président américain en Israël et aux organisations juives aux États-Unis. Un projet de visite présidentielle à Jérusalem est en discussion.

Les conseillers du président craignent que lâhostilité des Israéliens envers Obama puisse être préjudiciable à ses efforts de paix. Câest sans doute vrai.

Mais une campagne de la Maison Blanche visant au retour en grâce du président dans lâopinion publique israélienne pourrait avoir des effets bien plus préoccupants, car la raison de cette hostilité israélienne sans précédent contre un président américain tient à la crainte quâil soit sérieux lorsquâil dit vouloir mettre fin à lâoccupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza.

Les Israéliens ne sâopposent pas aux efforts de paix du président dâObama parce quâils ne lâaiment pas, ils ne lâaiment pas à cause de ses efforts de paix. Il ne pourrait regagner leur affection quâen abandonnant ces efforts.

Câest ainsi que le gouvernement et le peuple dâIsraël répondent à toute pression extérieure pour un accord de paix impliquant quâIsraël se mette en conformité avec les exigences du droit international et des résolutions de lâONU qui appellent à un retour aux frontières dâavant le conflit de 1967, rejetant les modifications unilatérales de celles-ci.

Tout comme le gouvernement dâIsraël, lâopinion publique israélienne manifeste sans relâche son aspiration à la paix et son soutien à une solution à deux États dans les sondages. Mais ce que les sondages ne se montrent pas, câest que ce soutien dépend du fait quâIsraël définisse les termes de cette paix, ses dimensions territoriales, et les contraintes imposées à la souveraineté dâun Etat palestinien.

Un président américain qui sâadresse au monde arabe et promet une approche équitable et impartiale dans la recherche de la paix est immédiatement perçu par les Israéliens comme anti-israélien. Le dirigeant de lâune des principales organisations juives dâAmérique sâest opposé à la nomination du sénateur Mitchell au poste de négociateur pour la paix du président dâObama, car, dit-il, son objectivité et son impartialité le disqualifiaient pour ce poste.

La réaction dâIsraël aux efforts de paix nâest rien moins que pathologique. Elle est la conséquence dâune incapacité à sâadapter au retour dans lâhistoire du peuple juif, doté dâun Etat qui lui soit propre, après 2000 ans dâimpuissance et de victimisation.

Lâancien Premier ministre Yitzhak Rabin, dont lâassassinat par un juif extrémiste de droite sera commémoré cette semaine en Israël, avait déclaré à ses concitoyens lors de son investiture en 1992 que leur pays était militairement puissant, ne manquait pas dâamis, ne courait pas de risque, et quâils devaient donc cesser de penser et dâagir comme des victimes.

Le message du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant que le monde entier est contre Israël et que les Israéliens risquent un nouvel Holocauste - une crainte invoquée à plusieurs reprises durant son discours en septembre lors de lâAssemblée générale des Nations Unies afin de discréditer le rapport dâenquête sur Gaza du juge Richard Goldstone - est malheureusement un message jugé plus rassurant par bien trop dâisraéliens.

Cette pathologie a été aidée et encouragée par des organisations juives américaines dont les programmes sont conformes aux opinions politiques et idéologiques de la droite israélienne. Ces organisations ne reflètent pas les vues de la plupart des Juifs américains qui ont voté massivement, à près de 80%, pour M. Obama lors de lâélection présidentielle.

La signature dâun accord de paix israélo-palestinienne a échappé à toutes les précédentes administrations américaines non pas parce quâelles étaient incapables de trouver une formule adéquate pour y parvenir : tout le monde sait depuis quelque temps déjà quelles en sont les caractéristiques essentielles, proposées par le Président Clinton au début de lâannée 2000.

Au contraire, le conflit se poursuit car les présidents américains - et plus encore les membres du Congrès américain, qui dépendent tous les deux ans des contributions financières à leurs campagnes électorales - ont accepté cette pathologie qui ne pourrait être guérie quâen la défiant.

Seul un président américain faisant preuve de courage politique pourrait guérir cette pathologie, au risque de déplaire aux israéliens et de sâexposer aux critiques de la partie du lobby pro-israélien américain qui défend par réflexe les politiques du jour du gouvernement israélien - peu importe à quel point elles puissent offenser la raison ou la morale.

Si le président Obama veut sérieusement tenir sa promesse de mettre fin définitivement aux 40 ans dâoccupation israélienne, obtenir une solution à deux Etats, assurer la survie dâIsraël à long terme en tant quâÉtat juif et démocratique, et protéger les intérêts nationaux vitaux des États-Unis dans la région, il devra prendre le risque de mécontenter. Sâil parvient à tenir sa promesse, il obtiendra une reconnaissance éternelle des Israéliens.

Henri Siegman dirige le US Middle East Project (New York). Il est professeur associé à la School of Oriental and African Studies de l’université de Londres. Il a occupé le poste de directeur de l’American Jewish Congress et du Synagogue Council of America.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rdaction du site