Intox

Croyez-le ou pas : la falsification de l'histoire ne connait pas de limites

Lorsque j'étais écolier, j'adorais une chronique dans les journaux britanniques qui s'appelait "Ripley's Believe It or Not!" [Croyez-Le ou Pas !]. Dans un simple pavé rectangulaire rempli d'illustrations naïves, Ripley - Bob Ripley - essayait d'étonner ses lecteurs avec des faits stupéfiants :

"Croyez-Le ou Pas, en Californie, tout un musée est dédié aux distributeurs de bonbons… Croyez-Le ou Pas, un habitant du comté de Kerry possède une orange vieille de 25 ans… Croyez-Le ou Pas, un chercheur en météorologie a eu ses cendres dispersées la veille de l'Ouragan Danielle, à 700 kilomètres au large de Miami". Etc., etc., etc.

Ce qui est incroyable, la chronique de Ripley est toujours vivante et il y a même un tas de musées aux Etats-Unis à la gloire de Ripley "Croyez-Le ou Pas !"

Le problème, bien sûr, est que tous ces faits extraordinaires n'offensent personne. Il n'y a aucun poseur de bombe suicide dans Ripley, aucune attaque israélienne ("Croyez-Le ou Pas, 17.000 Libanais et Palestiniens, la plupart d'entre eux des civils, ont été tués lors de l'invasion du Liban en 1982 par Israël), aucun chiffre majeur de victimes ("Croyez-Le ou Pas, jusqu'à 650.000 Irakiens sont morts dans les quatre ans qui ont suivi l'invasion anglo-américaine de l'Irak en 2003"). Voyez-vous où je veux en venir ? Juste un peu trop près de la vérité.

Mais, ce qui m'a rappelé ce cher vieux Ripley, c'est lorsque j'ai parcouru les articles marquant l'anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1967. Là, il y a eu des mémoires à profusion. Mais je pense que seule la presse française - sous la forme du Monde Diplomatique - était prête à affronter un peu de "Croyez-Le ou Pas".

Je me souviens de façon très nette - et abominablement - comment les journaux du monde couvrirent l'histoire de l'"agression" de l'Egypte contre Israël. En réalité - Croyez-Le ou Pas ! - ce fut Israël qui attaqua l'Egypte après que Nasser ferma le détroit de Tiran et ordonna aux troupes de l'ONU de quitter le Sinaï et Gaza à la suite de ses menaces injurieuses de détruire Israël. "Les Egyptiens attaquent Israël", titrait France-Soir le 5 juin 1967 - un bobard tellement gros que ce journal modifia plus tard sa une en "C'est la Guerre au Proche-Orient !".

Pour sûr ! Le lendemain, Le Populaire, journal socialiste, titrait : "Attaqué de tous les côtés, Israël résiste victorieusement". Le même jour, Le Figaro publiait un article annonçant que "la victoire de l'armée de David est l'une des plus grandes de tous les temps". Croyez-Le ou Pas, la Deuxième Guerre Mondiale - qui a peut-être compté comme la plus grande guerre de tous les temps, n'avait pris fin que 22 ans plus tôt.

Johnny Hallyday, la pop star française indétrônable, a chanté devant 50.000 supporters d'Israël - pour lesquels la solidarité a été exprimée dans la presse française par Serge Gainsbourg, Juliette Gréco, Yves Montand, Simone Signoret, Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. Croyez-Le ou Pas - et vous pouvez le croire - Mitterrand a reçu autrefois de Pétain la Francisque des collabos de Vichy.

Seul le Président de la France, le Général de Gaulle, placé en isolement politique pour avoir déclaré lors d'une conférence de presse plusieurs mois plus tard qu'Israël "organise sur les territoires qu'elle a saisis une occupation qui ne peut pas marcher sans oppression, répression et expulsions - et lorsque la résistance à cela apparaîtra, on dira, à son tour, que c'est du 'terrorisme'". Cette prophétie exacte reçut la réprimande du Nouvel Observateur - au motif que "la France gaulliste n'a aucun ami, elle n'a que des intérêts". Et, Croyez-Le ou Pas, à l'exception d'un petit journal chrétien, il y a avait un mot qui manquait dans toute la presse française : Palestiniens.

C'est à l'universitaire Anicet Mobé Fansiama que je dois de me rappeler cette semaine que - Croyez-Le ou Pas - les troupes congolaises de la colonie africaine belge immensément riche enregistra d'énormes victoires sur les troupes italiennes durant la Seconde Guerre Mondiale, faisant 15.000 prisonniers, dont neuf généraux. Appelée "la Force Publique" - un nom qui excluait avec bonheur le fait que ces héros étaient des Congolais noirs - l'armée mobilisa 13.000 soldats et civils pour combattre les colonies françaises de Vichy en Afrique et elle se déploya au Proche-Orient - où elle fut positionnée pour défendre la Palestine - ainsi que la Somalie, Madagascar, l'Inde et la Birmanie.

Un très grand nombre de soldats britanniques et Américains traversèrent le Congo tandis que sa richesse fut transférée dans les coffres de la guerre des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

Une base américaine fut construite à Kinshasa pour envoyer le pétrole aux troupes combattant au Proche-Orient. Mais - Croyez-Le ou Pas - lorsque les syndicats congolais, dont les membres furent réquisitionnés pour effectuer le dur labeur à l'intérieur de la colonie belge et transporter les biens agricoles et industriels et l'équipement militaire, souvent sur leurs dos, exigèrent de meilleurs salaires, les autorités belges firent face à leurs manifestations avec des fusils, tuant 50 de leurs hommes.

Au moins 3.000 prisonniers politiques furent déportés pour le travail forcé vers une zone isolée du Congo. C'est ainsi que furent récompensés ceux qui donnèrent leur sang pour la victoire Alliée. Ou plutôt ne furent pas récompensés. Les quatre milliards de francs belges qui étaient dus au Congo - environ 750 millions d'euros en monnaie actuelle - n'ont jamais été remboursés. Croyez-Le ou Pas !

Alors, calmons-nous et retournons à la réalité selon Ripley. "Croyez-Le ou Pas, Russell Parsons, de Hurricane en Californie, a fait tatouer sur son bras les instructions pour ses funérailles et sa crémation ! … Croyez-Le ou Pas, en avril 2007 (oui, il y a de nouveaux Ripley) un groupe d'adorateurs des animaux a déboursé près de 3.400 dollars pour acheter 300 homards sur un marché du Maine - et ensuite ils les ont libérés dans l'océan ! … Croyez-Le ou Pas, dans une salle d'attente d'hôpital, 70% des gens souffrent de fractures, 75% d'épuisement, 80% de fièvre. Quel pourcentage souffre de tous ces maux ?" Croyez-Le ou Pas, je n'en sais rien. Et, ah oui ! "Geta, l'empereur de Rome de 189 à 212, insistait sur les repas alternatifs. Un menu typique : perdrix (perdix), paon (pavo), poireau (porrum), haricots (phaseali), pêche (persica), prune (pruna) et melon (pepone)."

Je suppose qu'après tout cela il ne vous restera plus qu'à vomir.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site