Sans papiers

Vague de répression contre les "sans papiers" en Israël

http://www.irinnews.org/fr/ReportFrench.aspx?ReportId=85292

Les inspecteurs de l’immigration ont lancé une opération visant à expulser près de 300 000 immigrés illégaux et personnes en situation irrégulière, d’après Tziki Sela, directeur de l’unité d’exécution au sein de la nouvelle Autorité israélienne de l’immigration.

« Nous procèderons aux expulsions avec [un maximum de] précautions, de considération et d’humanité, mais nous prenons notre mission au sérieux et nous expulserons tous les travailleurs immigrés illégaux et toutes les personnes en situation irrégulière », a annoncé M. Sela.

L’Autorité israélienne de l’immigration remplace la Police de l’immigration depuis le 2 juillet [2009]. Ses 200 inspecteurs ont suivi une formation de trois semaines, et se sont vu confier le même pouvoir que les forces de police.

D’après le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), les individus en situation irrégulière sont des demandeurs d’asile détenus dans des zones ou ils ne sont pas autorisés à résider, ou dont les visas ont expiré. Bon nombre d’organisations non gouvernementales (ONG) et d’activistes des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude concernant cette nouvelle opération, craignant de voir se reproduire les scènes observées à Tel Aviv en 2003-2005, lorsque la Police de l’immigration a mené une chasse à l’homme très critiquée et souvent brutale, visant à expulser les travailleurs immigrés illégaux.

A l’époque, 145 000 expulsions ou départs volontaires avaient été signalés, concernant pour la plupart des immigrés venant du Ghana, des Philippines, de Chine, de Roumanie, de Thaïlande ou d’autres pays africains.

« L’opération ressemblera à celle de 2003-2005, au sens où nous avons l’intention de faire notre travail ; la mise en détention et l’expulsion de tous les résidents illégaux prendra beaucoup de temps, mais nous le ferons », a déclaré M. Sela, en ajoutant que ses inspecteurs ont déjà subi des menaces et des agressions physiques de la part d’activistes et de personnes immigrées.

Les demandeurs d’asile dont le statut n’a pas encore été déterminé et qui n’ont pas respecté leur permis de séjour, ainsi que les travailleurs immigrés en attente d’expulsion devraient être retenus dans des centres de détention tels que celui de Ktziot, dans le sud du Negev, où des familles de demandeurs d’asile, dont certaines avec enfants ou orphelins, sont détenues depuis juillet 2007.

La question des mineurs

Le 8 juin, la commission pour les droits de l’enfant de la Knesset (Parlement) israélienne s’est réunie d’urgence pour discuter de la question de la détention des mineurs durant la nouvelle opération.

Les législateurs Ilan Gilon et Nitzan Horowitz ont critiqué la position de l’Autorité de l’immigration, qui a l’intention de mettre en détention les enfants des travailleurs immigrés et des demandeurs d’asile. M. Horowitz a précisé que ces enfants n’étaient peut-être pas juifs, mais qu’ils étaient israéliens, car nés sur le sol israélien.

En 2006, Israël a accordé le statut de résidence légale à plus de 600 enfants de travailleurs immigrés nés en Israël, sur environ 860 demandes enregistrées.

Le 12 juin, M. Horowitz a lancé un nouveau projet de loi interdisant la détention des enfants de moins de 14 ans, et limitant les conditions de celle des mineurs de plus de 14 ans.

« Nous arrêterons les familles avec enfants à partir du 1er aout. Nous n’agirons pas au sein du système scolaire ou médical pour mettre en détention les enfants ou les patients, nous donnons le choix aux parents : ils sont invités à se rapprocher de nous, et nous ferons en sorte qu’ils rencontrent le moins de difficultés possible lors de leur déplacement ; s’ils ne le font pas, nous serons dans l’obligation de les mettre en détention », a expliqué M. Sela.

« Nous prévoyons de financer les billets d’avion, d’apporter notre assistance pour tout recouvrement de dettes auprès des employeurs, et de fournir une petite indemnité à toutes les personnes qui se rapprocheront volontairement de nous. A ce jour, 50 travailleurs immigrés illégaux se sont présentés pour nous demander de les aider à retourner dans leur pays d’origine », a-t-il précisé.

D’après certaines sources, cette nouvelle vague de répression de l’immigration illégale est liée au ralentissement économique et à la hausse du chômage en Israël. Selon le rapport Perspectives économiques de l'OCDE No. 85 – Israël, publié le 24 juin par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Produit intérieur brut d’Israël devrait baisser de deux pour cent en 2009, et le chômage devrait augmenter, passant de 6,1 pour cent en 2008 à 8,5 pour cent en 2009.

Tandis que les inspecteurs de l’immigration ont entrepris de distribuer des tracts invitant la communauté immigrée à profiter de l’offre du gouvernement, les ONG et les activistes se sont mobilisés pour empêcher les mises en détention en patrouillant dans les rues du sud de Tel Aviv, en mettant en garde les travailleurs immigrés et les demandeurs d’asile, et en organisant des manifestations hebdomadaires.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site