Al Jazira

Al Jazira réduite au silence par l'Autorité Palestinienne

L'Autorité palestinienne a ordonné mercredi (15 juillet 2009) la fermeture temporaire du bureau de la chaîne satellitaire Al-Jazira à Ramallah, en Cisjordanie, pour diffusion de fausse nouvelle, a annoncé le ministère de l'Information palestinien.

Le ministère indique avoir pris cette décision à la suite de la diffusion d'"information mensongère" mardi par Al-Jazira, une chaîne basée au Qatar. Il précise que des poursuites judiciaires vont être engagées contre la chaîne d'information en arabe.

Dans son communiqué, il affirme qu'Al-Jazira "a consacré une part importante de ses programmes à dénigrer l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) et l'Autorité palestinienne".

"Malgré nos appels répétés à ce qu'elle soit neutre dans sa couverture des questions palestiniennes et équilibrée en ce qui concerne la situation palestinienne interne, la chaîne a continué à (les) dénigrer", précise-t-il.

Dans un communiqué publié à Doha, Al-Jazira a indiqué que la décision était liée à la diffusion mardi d'une déclaration de Farouk Kaddoumi, chef du département politique de l'OLP et s'est dite "étonnée" d'avoir été sanctionnée de la sorte en dépit "du traitement professionnel" de cette information qui avait été rapportée par de nombreux médias arabes et internationaux.

M. Kaddoumi a accusé dans sa déclaration le président palestinien Mahmoud Abbas et le dirigeant Mohammed Dahlane d'avoir comploté avec Israël pour tuer par empoisonnement le dirigeant historique palestinien Yasser Arafat.

Yasser Arafat est décédé le 11 novembre 2004 à l'âge de 75 ans dans un hôpital de la région parisienne. Le mystère entourant la maladie à l'origine de la mort d'Arafat demeure entier, plusieurs responsables palestiniens étant convaincus que leur chef a été empoisonné par Israël, ce que l'Etat hébreu dément.

Basé à Tunis, M. Kaddoumi est hostile aux accords d'Oslo de 1993 de reconnaissance mutuelle entre Israël et l'OLP. Il n'est jamais rentré dans les territoires palestiniens.

De son côté, le Hamas a condamné la fermeture du bureau d'Al-Jazira, en estimant qu'elle constituait "une preuve supplémentaire de l'ampleur des violations auxquels s'exposent les médias de la part du gouvernement de Ramallah", dans un communiqué.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site