Turquie

Qui soutient la Turquie ? "Les anglo-saxons et les juifs"

Mehmet Ali Birand (Hürriyet, Istanbul) - Courrier Internationa N° 780 - 13 octobre 2005

Grande plume de la presse turque, Mehmet Ali Birand exprime sa gratitude vis-à-vis de Washington, de Londres et de “tout ce qui est sous influence juive”.

"Qui donc soutient actuellement la Turquie ?” Voilà la question que j’ai posée à un diplomate turc au moment des négociations menées à Luxembourg. En effet, les gouvernements européens ont entamé les pourparlers d’adhésion avec Ankara malgré l’opposition de leurs opinions publiques. S’ils s’étaient soumis à la pression populaire, ils auraient dû retarder cette échéance. Dans ce contexte, on peut donc s’interroger sur les soutiens dont bénéficie actuellement la Turquie.

Le diplomate expérimenté auquel je m’adressais n’a pas hésité un instant avant de me répondre : “Ceux qui soutiennent la Turquie sont les Anglo-Saxons et les Juifs.” Et plusieurs observateurs m’ont confirmé cette réalité.

1. Les institutions juives, ainsi que tout ce qui est sous influence juive, ont discrètement exercé des pressions pour que la Turquie puisse s’unir à l’UE.

2. Les vents qui ont poussé la Turquie sont d’origine anglo-saxonne. Le vent commence en effet à souffler depuis Washington, gagne en vitesse au-dessus de la Grande-Bretagne, passe au-dessus de la Suède et de la Norvège, ainsi que de l’Europe centrale (Pologne et Hongrie), avant de secouer Bruxelles. En d’autres termes, si Washington et Londres n’avaient pas été derrière Ankara, la Turquie volerait de crise en crise. La diplomatie britannique a ainsi montré sa capacité d’influence et s’est donc affirmée comme le cerveau de l’Europe. En introduisant Washington dans le jeu au moment où la crise semblait totalement insoluble, Londres a fait montre de sa force, alors que les autres se perdaient en palabres inutiles. Ankara n’aura désormais plus d’autre choix que d’élaborer ses politiques en tenant compte de ses relations avec Washington, Londres et Israël.

(LDL)

Les titres et intertitres sont de la rédaction du site